Avant j’étais architecte…

mais ça c’était avant !

Depuis un long moment je ne me sentais plus à l’aise dans mon métier d’architecte. Trop de contraintes, beaucoup de limites, peu de créativité en dépit de ma spécialisation : la rénovation. Je ne rentrais plus dans le moule.

En Avril 2020, en plein confinement, (j’avais enfin un peu de temps pour moi !) je lis cette phrase dans un livre : « Que feriez-vous si vous n’aviez plus peur ? » La réponse est claire et nette : je ferme mon agence d’architecture et je pars vivre à la campagne ! Ce fut le déclic.

A cette période, je finissais de rénover une maison en Dordogne que je venais d’acquérir.

J’avais envisagé cette maison comme un sas de décompression pour le week-end. Pourtant très vite, je m’y sens si bien que j’en repars le dimanche soir avec la boule au ventre.

Je dois me rendre à l’évidence : le métier d’architecte ne me correspond plus. Le contexte du COVID n’arrange rien…

Mais que faire de ma vie si je n’exerce plus mon métier ? je ne sais rien faire d’autre !

Le mal être est si important qu’il me devient insupportable. Je me sens coupée en deux. Trop, c’est trop ! Peu importe ce qu’il se passera, je termine les projets en cours et je ferme !

Le saut dans le vide !!

A ce moment-là, je n’ai aucune idée de ce que je vais faire de ma vie. Mais j’ai confiance.

Il faut parfois savoir fermer une porte pour que d’autres s’ouvrent.

Avec quelques économies en poche, je quitte la ville et le stress quotidien. Je pars m’installer dans ma maison tout juste rénovée, à la campagne.

Peu à peu, je me libère d’énormes contraintes qui émaillaient ma vie d’architecte. Je goûte le plaisir d’une vie simple. Préparer un bon petit plat, vivre au contact de la nature, prendre le temps de faire ce que j’aime.

Années après années, je me suis accommodée d’une pression gigantesque. A présent je ressens un besoin vital de faire machine arrière.

Des peurs viennent régulièrement gâcher mes moments de bien-être. Elles donnent l’impression de vouloir contrôler ma nouvelle vie mais je ne leur en laisse pas le loisir.

Une nouvelle vie…
L’Atelier de C.

J’ai toujours aimé dessiner, découper, coller, assembler… créer ! Mais je ne prenais jamais le temps de m’y mettre. Grâce à cette nouvelle vie, c’est enfin possible !

Je me procure du matériel de loisirs créatifs et commence à fabriquer de petits objets. Je revis !

Plusieurs amis trouvent mes créations jolies et me demandent si elles sont à vendre.

Et pourquoi ne pas en vivre ? J’assiste, émerveillée, à la naissance de L’Atelier de C.

Désormais je veux continuer de créer et fabriquer...
... de mes mains !